N°123

Juillet/Août

- Dossier : Luxembourg, l’opportunité française
- Les conseils du docteur Lionel Michaux
- À la découverte de la Ferrari 599 GTB Fiorano
- Le pari de la jeunesse à l’US Forbach

L'édito du mois

2020, année de m…

Lorsqu’on a la prétention d’être journaliste, on se doit d’écrire avec un langage châtié. Cela va sans dire. Alors, certes j’aurais pu dire que nous avons vécu une « drôle » d’année, une année « atypique », une année « pas comme les autres ». En fait, j’ai plutôt envie de vous dire que nous avons vécu, toutes et tous, une année « merdique ». Les raisons sont (trop) nombreuses pour que je m’accorde la liberté d’employer ce qualificatif. Citons en vrac, les confinements, l’arrêt des compétitions, le sport en pointillés, etc. Nous avons consacré quelques pages à ce « 2020 merdique » dans cette dernière édition qui restera à coup sûr, dans les annales, mais dans le mauvais sens du terme. Pour couronner le tout, le mois de novembre synonyme de 2e confinement nous aura enlevés en 24 h, Christophe Dominici, Jacques Secretin et Diego Maradona. Le premier décédé tragiquement était considéré comme l’un des meilleurs ailiers français de sa génération, comptait 67 sélections en équipe de France, avec laquelle il a remporté quatre Tournoi des Six Nations, dont deux Grand Chelems. Le deuxième consacré « meilleur pongiste du siècle » lorsqu’il était à son firmament en 1976, a été quadruple champion d’Europe et 65 fois champion de France. Quant au troisième, inutile de présenter « El Pibe de Oro » qui aura marqué plusieurs générations par son talent hors norme balle au pied et son sens du spectacle, sur et dehors des terrains.
Donc un cru 2020 bien merdique. Mais pas tout à fait. Car elle n’aura pas eu l’audace de nous enlever quelqu’un qui compte beaucoup pour nous. Il s’agit de Jean-Marie Donatello, le président du Comité départemental Handisport, qui a affronté avec courage le mal qui a déferlé sur la planète en 2020. Aujourd’hui, il est quasiment sorti d’affaire. Rien que pour ça, on ne pourra pas vraiment dire que cette année aura été totalement « merdique ».

 

Vivian Peiffer, rédacteur en chef