N°104

Novembre

- Hélène Schrub, DG du FC Metz
- Ilona Di Rocco, le grand espoir de Metz Handball
- Charlotte Lorgeré, le plus beau des combats
- Essai de la Peugeot 208 II

L'édito du mois

La Moselle sauve la mise

« On n’a pas réussi nos championnats du monde. Je ne suis pas heureux. Mais l’histoire nous montre que les années préolympiques n’ont jamais été fastes, on va donc s’organiser pour tirer les enseignements de cet échec et faire en sorte d’être au rendez-vous dans dix mois. »

 

« On n’a pas su s’adapter aux particularités de ces championnats. Il y avait des paramètres à maîtriser, comme le calendrier, le lieu. Ces conditions ont été maîtrisées par d’autres pays, il faut dire la vérité. On ne les a pas préparés comme on aurait dû. Nos leaders n’ont pas été présents au rendez-vous, mais ils n’ont pas été présents tout au long de l’année. Il va falloir se préparer différemment. »

 

Ces propos emplis d’amertume sont signés André Giraud, le président de la Fédération Française d’Athlétisme. 24e nation au terme de ces championnats du monde, la France a particulièrement déçu. Alors évidemment, on peut se cacher derrière les conditions atmosphériques dantesques mais cela n’a pas pour autant gêné les autres nations. Cela n’a pas gêné non plus le Mosellan Quentin Bigot (photo) qui a su glaner une belle médaille d’argent au lancer de marteau, l’une des deux seules obtenues par la France. Une lueur d’espoir à 10 mois des Jeux olympiques. Autre motif de satisfaction mais dans un tout autre registre : en gym, un autre Mosellan, Forbachois celui-ci, Loris Frasca a lui aussi gagné le droit d’aller à Tokyo.

 

Quand on vous dit que la Moselle est une Terre de Jeux au sens propre comme au sens figuré, il faudra finir par nous croire…

 

Vivian Peiffer, rédacteur en chef