Football

Sadio Mané, le Roi Lion

91004658_mane
23e au classement du Ballon d’Or 2017, nommé pour la première fois de sa carrière, le Sénégalais Sadio Mané est le deuxième joueur formé au FC Metz à être cité dans cette catégorie, après Emmanuel Adebayor quelques années plus tôt. Découvert par l’Académie Génération Foot de Dakar, l’attaquant de Liverpool a connu une progression fulgurante. Portrait.

b4b41Son histoire commence dans son village de Bambaly, en Casamance, région située au sud du Sénégal. L’histoire d’un petit garçon chétif, amoureux du ballon rond, sans autre rêve que de celui de partager un moment avec ses copains, pieds nus, sur les terrains improvisés de son village. Mais déjà, il impressionne. « Quand j’ai vu Sadio pour la première fois, je me suis dit tout de suite qu’il y avait quelque chose en ce garçon, se souvient Mady Touré, directeur-fondateur de Génération Foot, l’académie de football de Dakar (Sénégal). Je lui ai alors donné l’assurance qu’il avait bien fait de venir chez nous et que nous allions essayer de le faire progresser rapidement. » Auparavant, Sadio Mané avait aiguisé ses armes dans le club de Super Rail, à Mbour, qui avait réussi à l’arracher à son village natal, non sans mal. Son oncle, Sana Touré, persuadé de son talent brut, le propose à Génération Foot qui accepte de le prendre après un test fructueux. « Sadio allait plus vite que les autres et il a surtout cette capacité que ni Messi ni Neymar n’ont : celle de répéter les efforts et les courses sans jamais s’arrêter ou ralentir », ajoute Mady Touré. Dans l’académie sénégalaise, qui a vu sortir avant lui des joueurs comme Papiss Cissé ou Emmanuel Adebayor, Sadio Mané se perfectionne, et tape dans l’œil du club partenaire, le FC Metz. « À Génération Foot, il prenait la balle de derrière et éliminait tous ses adversaires, prenait un appui et se retrouvait devant les buts, se souvient Olivier Perrin, le directeur de Génération Foot. Puis il faisait une passe décisive ou marquait. Mais il sortait souvent parce qu’il était complètement épuisé. C’est à ce moment-là que j’ai vu qu’il avait des problèmes aux adducteurs. Il s’est fait opérer d’une pubalgie en arrivant à Metz au bout de 2 mois. Il l’avait pendant deux ans mais il ne me l’a jamais dit… » Mais quitter son Afrique natale pour tenter l’aventure en Europe ne fut pas une partie de plaisir ni une évidence. Pis, l’attaquant a confié récemment au site officiel de Liverpool avoir dû cacher à sa mère son départ pour la France. « Personne ne le savait sauf mon oncle. Oui, même ma mère ne le savait pas. Le lendemain de mon arrivée, j’achète une carte de téléphone, je l’appelle et je lui dis : « Je suis en France ». « Quelle France ? » me répond-elle. Elle ne me croyait pas. « Et pourquoi tu me parles d’Europe alors que tu vis au Sénégal ? » Elle était dingue et tellement surprise qu’elle m’a rappelé ensuite chaque jour pour savoir si c’était vrai. Elle ne voulait pas me croire. »

« Aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours eu un ballon dans les pieds »

vign_departsadioEn débarquant à Metz en janvier 2011, Sadio Mané découvre un autre monde, une autre culture et surtout un football beaucoup plus exigeant. « Ce n’était pas évident au départ, se souvient l’international sénégalais. Surtout que j’avais mal aux adducteurs. J’ai dû me faire opérer et j’ai pu reprendre doucement. Il a fallu s’adapter à la température de la France et de la Lorraine. » Au FC Metz, Mané prend son mal en patience. Il doit attendre le 14 janvier 2012 pour faire ses grands débuts en pro, sous la houlette de Dominique Bijotat, dans un FC Metz malade, qui joue le maintien en Ligue 2, à 15 minutes de la fin du match, contre Bastia. Son entrée est probante et ses prestations lui valent la confiance de son coach. Au final, il jouera 19 matches, avec un but à la clé, pour sa première (demi) saison en pro. Pierre Bouby, qui a vu émerger Sadio Mané au moment où il évoluait avec Metz se souvient d’un « gamin pétri de talent ». « Il allait vite, courait longtemps, dribblait n’importe qui et avait un mental énorme », rappelle l’actuel milieu de terrain de l’US Orléans. « Rapidement, la CFA est devenue trop facile pour lui, note José Pinot, l’ancien coach de la réserve messine. Puis après, ça a été au tour de la Ligue 2. Il a fait aussi de supers Jeux olympiques 2012 à Londres. C’est pour ça qu’il n’est pas resté bien longtemps chez nous. » « Il avait un rapport exceptionnel avec le ballon, ajoute Dominique Bijotat, qui lui a fait vivre ses premières minutes en pro. Il avait bien sûr des lacunes à combler comme le placement dans le jeu avec les autres. Mais à l’époque il était déjà capable d’enchaîner des gestes techniques de très haut niveau. Il était déjà phénoménal » « Il rendait fous ses adversaires avec son explosivité sur cette première touche de balle, corrobore Patrick Hesse, l’ancien adjoint de Bijotat chez les Grenats. On était à chaque fois bluffé. C’était difficile de l’attraper sans faire une faute. Il a un tel coup de reins, c’est extraordinaire »

« Il faut qu’il joue, se fasse plaisir en comprenant que c’est lui le boss »

gettyimages-158402600Lors des toutes dernières heures du mercato d’été 2012, Sadio Mané file en Autriche, au Red Bull Salzbourg. Alors qu’il avait prolongé son bail quatre mois plus tôt avec Metz jusqu’en 2016, le Sénégalais est acheté pour 4 millions d’euros. En Autriche, il découvre un nouveau championnat et crève l’écran. Avec deux titres de champion national, Mané attire l’œil des plus grands clubs et signe le 1er septembre 2014 à Southampton. L’Angleterre le découvre et Mauricio Pochettino puis Ronald Koeman le font flamber au point qu’il signe à Liverpool en juin 2016 contre 41 millions d’euros. Depuis, l’étoile continue de briller avec les Lions de la Teranga, en passe de se qualifier pour le Mondial 2018 et avec les Reds de Jürgen Klopp.

sadiomane-1« Il a beaucoup de talent et j’ai envie de lui dire de prendre ses responsabilités et de ne pas regarder ce qui il a derrière ou autour du lui, conclut El-Hadji Diouf, ancien international sénégalais et ancien attaquant de Liverpool. Il faut qu’il joue, se fasse plaisir en comprenant que c’est lui le boss, qu’il joue dans un grand club et qu’il a le droit de faire plaisir à son peuple. » Aujourd’hui dans les 30 meilleurs joueurs du monde, Sadio Mané peut continuer de briller. La Confédération Africaine de Football a dévoilé en décembre les trois finalistes de cette édition. Il s’agit sans surprise de l’Égyptien Mohamed Salah (Liverpool), du Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang (Borussia Dortmund) et du Sénégalais Sadio Mané (Liverpool). Le lauréat recevra son trophée le 4 janvier prochain à Accra au Ghana lors de la soirée de gala des CAF Aiteo Awards.