Football

Pôle Espoir : un tremplin vers le foot pro

Ligue Lorraine Football
Lancé en 2010 dans les locaux du CREPS à Essey-lès-Nancy, le Pôle Espoirs Grand Est rassemble, chaque année, une trentaine de jeunes joueurs âgés de 14 et 15 ans afin de parfaire leur formation et éventuellement intégrer, par la suite, un centre de formation. C’est le cas de trois jeunes joueurs qui intègreront la formation du FC Metz à la rentrée prochaine. Zoom sur une institution qui ne fait pas que des heureux.

420297_345370678907680_1157431244_nMilan Robin, Youssef El Yaacoubi et Maxime Kleindienst. Ces noms ne vous disent probablement rien. Ces jeunes joueurs originaires respectivement d’Épinal, de Schiltigheim et de Colmar sont actuellement au pôle espoirs Grand Est lancé en 2010 et dirigé par l’ancien champion de France avec les U17 du FC Metz, Jean-Robert Faucher. Ils rejoindront cet été le centre de formation du FC Metz. Un chemin à suivre pour bon nombre de jeunes pensionnaires du pôle. « Ce sont souvent les centres de formation du FC Metz, de l’AS Nancy-Lorraine et du FC Sochaux-Montbéliard qu’intègrent nos jeunes joueurs, précise Jean-Robert Faucher, le directeur du pôle. De la génération 1999 avec nous cette année, six vont partir à Nancy, trois à Metz et trois autres à Sochaux. En moyenne, deux joueurs sur cinq issus d’un pôle fédéral signent un contrat contre un sur six en section élite. » Sorti des cartons de la Fédération française de football après la mise en sommeil du pôle espoirs fédéral de la Madine, le pôle dirigé par Jean-Robert Faucher, ancien joueur professionnel passé par Laval (L1), Istres, Dunkerque ou Beauvais (L2), participe au parcours d’excellence sportif mis en place par la FFF depuis plusieurs années. « Notre objectif est de réunir les meilleurs joueurs U15 d’Alsace et de Lorraine pouvant accéder, plus tard, à un centre de formation d’un club pro. Nous avons des critères de détection précis qui concernent le niveau intrinsèque du joueur, mais nous sommes aussi sensibles à son attitude et son niveau scolaire. Le pôle est aussi un moyen de sortir le jeune joueur de son contexte familial en douceur car la proximité familiale est essentielle dans la dynamique et la réussite sportives du jeune. »

Amener le joueur vers le centre de formation

Suivi dès l’âge de 10 ans, les 50 meilleurs joueurs U13 deuxième année d’Alsace et de Lorraine sont ensuite réunis dans un stage de sélection qui en sélectionnera 30. Puis 16 seront définitivement choisis pour intégrer le pôle. « Le pôle espoirs est une passerelle entre le foot du milieu scolaire et le centre de formation, ajoute Jean-Robert Faucher, 51 ans, passé quatre ans à la formation du FC Metz. Ils sont à un âge entre la fin de l’enfance et le début de l’adolescence et c’est très important pour nous de communiquer avec eux, de leur proposer notre savoir-faire et d’élargir l’horizon d’esprit du jeune joueur, pour entretenir son envie de réussir. C’est une école de vie, en quelque sorte. » La génération 1999, qui occupe en ce moment les locaux du pôle espoirs, va laisser partir trois joueurs au FC Metz à la rentrée prochaine, une première pour le club grenat depuis le lancement de la structure en 2010. « Nous avons repéré ces trois jeunes joueurs sur le championnat U15 interligues auquel le FC Metz participe, précise Bertrand Antoine, responsable de la préformation du club et entraîneur des U15. Nous avons fait venir Maxime, Youssef et Milan en stage chez nous pour les évaluer. » Puis, en discussion avec Denis Schaeffer, le directeur du centre de formation, José Pinot, l’entraîneur de la réserve, Sébastien Muet et Christophe Walter, coachs des sections jeunes, le club a décidé de recruter ces trois jeunes joueurs. « Cela nous arrive que très peu souvent de recruter des joueurs au pôle espoirs car nous avons déjà une structure dédiée à la préformation et qui permet à des joueurs de cet âge de s’épanouir chez nous. Nous voyons le pôle comme un complément aux centres de formation des clubs professionnels. »

L’ASNL joue le jeu avec le pôle

542850_345370472241034_1803595020_n« Nous travaillons en totale confiance avec le pôle Espoirs, ajoute Éric Hély, responsable de la formation au FC Sochaux-Montbéliard. Nous avons une relation étroite entre le pôle et Sochaux pour le suivi des jeunes qui sont dans la structure, de sorte à faire un point régulier sur les joueurs. » Une version corroborée par Sébastien Hanriot, directeur du centre de formation de l’AS Nancy-Lorraine. « Historiquement, l’ASNL a toujours joué le jeu, que ce soit avec le pôle de la Madine, à l’époque, et le pôle espoirs Grand Est aujourd’hui. Nous mettons des joueurs à disposition du pôle espoirs, qui sont, soit issus de notre école de foot, soit des joueurs que l’on recrute sur la région ou en Alsace et que l’on place au pôle avant de les récupérer au centre de formation. Il arrive aussi que l’on prenne des joueurs directement au pôle pour qu’ils intègrent notre centre après leur passage à Essey-lès-Nancy. » Pour les jeunes joueurs, c’est aussi l’occasion de se faire remarquer et d’avoir une opportunité unique d’être repéré par les recruteurs de clubs professionnels. « Nous faisons de nombreux matchs amicaux avec le pôle, explique Alexis Heintz, jeune pensionnaire de 15 ans. Et c’est pendant ce genre de rencontres que nous devons tout faire pour nous faire remarquer des recruteurs des clubs. » Situé à quelques kilomètres du stade Marcel-Picot, le Pôle Espoirs Grand Est a déjà fourni ou accueilli quelques joueurs aux clubs de la région (Sochaux et Nancy principalement) et espère également fournir aux jeunes joueurs une base éducative importante. « Il n’y a pas que le foot dans le vie, conclut Jean-Robert Faucher, le responsable du pôle. Il y a une vraie exigence de réussite scolaire de notre part car c’est important que les joueurs obtiennent les bases nécessaires pour continuer jusqu’au bac quelle que soit la suite de leur aventure sportive. Ne pas faire perdre une ou deux années d’école pour faire du foot. Ce serait irresponsable. » Retenez bien ces noms : El Yaacoubi, Kleindienst et Robin. Et l’avenir nous dira si le FC Metz a fait le bon choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + = neuf