Basket

Les Canonniers repartent à l’abordage

Mamédy Diawara
Après une année 2017 compliquée où le maintien ne s’est profilé qu’en toute fin de saison, l’US Sainte-Marie veut repartir sur des bases saines. Avec un groupe stable et une recrue prometteuse. Le point avec le président Albert Nardozi.

« C’est malheureux car nous avons fait un bon match. C’est formidable de voir ce qu’ont fait mes joueurs en termes d’intention et de solidarité, c’est même émouvant. Cette défaite est quand même dure à avaler. Notre position n’est pas favorable mais rien n’est fini si nous conservons cet état d’esprit ». Cette citation signée de l’ancien coach Eric Deschamps, au sortir du match qui opposait les Canonniers à Tourcoing le 20 mars dernier, aurait pu correspondre à n’importe quelle rencontre de la saison dernière. L’US Sainte-Marie Metz Basket a galéré. Et pas qu’un peu. Jusqu’à la délivrance acquise au terme de la dernière journée. « L’équipe a su s’appuyer sur ses fondamentaux », se plaît à rappeler le président Nardozi. « À savoir un état d’esprit sans faille qui a permis aux joueurs de rester en N2. » Une N2 où cohabiteront deux championnats cette saison. Comme en Ligue 1 de football ? « D’une certaine façon, on peut faire le parallèle. Comme l’année dernière, il y aura quelques grosses cylindrées alsaciennes comme l’AS Kaysersberg Ammerschwihr BCA ou Mulhouse qui a recruté deux Américains ainsi que les Franciliens avec Tremblay ou Paris Basket Avenir. Puis il y a les autres de notre championnat : Jœuf Homécourt Basket, l’Éveil Récy Saint-Martin Basket ou Gennevilliers. »

À la recherche de stabilité

L’US Sainte-Marie Metz a enregistré le départ d’Alexis Bruyères (souvent contrarié par les blessures l’année dernière), le retour au bercail d’Étienne Bébing qui a décidé à la fin du mois de juin, de reprendre pleinement du service après une saison de repos et noté l’arrivée d’un nouveau n°5, Bogdan Jovanovic, en provenance de l’Étoile d’or Saint-Léonard d’Angers (N2). Âgé de vingt-six ans, l’ancien élève de l’école FMP Zelenik, aujourd’hui Étoile Rouge de Belgrade, a été médaillé d’or du championnat d’Europe jeunes en 2007 en Grèce. « Son intégration ne posera pas de problème tant son état d’esprit est remarquable. » Sur le Facebook du club, le nouveau géant de l’US Sainte-Marie Metz (2,09 m) ne tarit pas d’éloges son nouveau club, notamment en appréciant le travail des coachs, « qui s’attachent à faire de nous une bonne équipe qui évolue comme une grande famille. » Une famille à la recherche d’une stabilité que se chargera de donner l’entraîneur Philippe Ory, l’un des bâtisseurs de l’Union Sainte-Marie Metz, arrivé cet été. Il est accompagné de Miguel Calero (46 ans), ancien adjoint d’Alain Weisz, passé successivement par Montpellier (Pro A), Lattes-Montpellier (LFB), Pays d’Aix (LFB), Hyères-Toulon (Pro A), l’ASVEL et Nancy.Quand je serai là (trois fois par semaine, NDLR), je vais m’occuper des joueurs d’un point de vue individuel, c’est à dire continuer à les accompagner dans leur développement et leur faire bénéficier de mon expérience. Ensuite avec Philippe, au niveau collectif, j’apporterai mon expérience de la première division pour intervenir sur le jeu ».