Le Mali vu par… Mahamadou Doucouré

Date : 31 décembre 2015 - Auteur : Moselle Sport - Photo : DR

Né au Mali et arrivée en France à l’âge de 12 ans, l’intérieur de l’Union Ste-Marie/Metz Basket a été marqué par son enfance au pays. Actuel deuxième du classement de N2 avec son club, Mahamadou Doucouré nous plonge dans son enfance. Avec émotion. Découverte.

Mon enfance

« Je suis l’aîné d’une famille de 6 enfants et j’ai d’excellents souvenirs de ma jeunesse au Mali. Je suis originaire de Kayes, la cinquième ville du pays (105 000 habitants, NDLR), située à l’ouest du pays, sur le fleuve Sénégal. C’est l’une des villes où il fait le plus chaud du pays  – 30°C de moyenne – et, avec mes copains, nous faisions beaucoup de football et de vélo après l’école. On customisait nos vélos et nous faisions des figures sur les pentes de la ville. Ma famille faisait partie de l’ethnie des Soninkés et mes parents étaient commerçants. Parfois je ne les voyais pas pendant un an, quand il partait gagner leur vie en France. J’ai été éduqué en partie par ma grand-mère, non-voyante, qui s’est merveilleusement bien occupée de nous. J’ai adoré ma jeunesse au Mali. J’ai quitté le pays pour la France à l’âge de 12 ans. »

La vie au Mali

Le fleuve Sénégal à Kayes (Mali).

« C’est un pays très accueillant et très généreux. Si tu n’as pas d’argent ou de toit, les Maliens t’accueilleront pour te donner à manger ou pour t’héberger. La solidarité est un élément très important pour le peuple malien et ce, peu importe le groupe ethnique ou la nationalité. Les communautés vivent très bien ensemble, même s’ils aiment bien se taquiner de temps en temps (rires). Mais cela reste de la franche camaraderie. La religion la plus répandue là-bas est l’islam. Ma famille et moi sommes musulmans et mon père a très vite voulu nous inculquer les bonnes valeurs que propose cette religion. Il a insisté pour que nous puissions acquérir de nombreuses choses à l’école et ainsi que l’on puisse réussir plus tard dans la vie. »

La gastronomie

« La cuisine malienne est similaire à celle du Sénégal. Les aliments de base sont le riz et le mil (céréales) qui sont généralement accompagnés d’épinards, sauces, soupes ou ragout. Le mafé au poulet et à la viande sont les plats les plus répandus. En termes de fruits, le pays est un grand producteur de mangues et pour l’anecdote, j’ai passé une grande partie de ma jeunesse à tenter… d’en voler avec mes copains dans les arbres des voisins (rires). Il y avait les guetteurs et ceux qui montaient aux arbres. Enfin, en termes de boisson, le jus de bissap – fait à partir de fleurs de hibiscus sèches – et le jus de gingembre sont les plus consommés. »

Le sport

Keita

« Le football est le sport le plus populaire au Mali comme dans beaucoup de pays d’Afrique, naturellement. La grande star du ballon rond reste évidemment Salif Keita, Ballon d’Or africain en 1970 et plus grand joueur de l’histoire du Mali. Il a porté le maillot de Saint-Étienne et de Marseille notamment en France. Aujourd’hui, la star du foot est sans conteste Seydou Keita qui joue à l’AS Roma après avoir joué à Lens, Séville ou le FC Barcelone. Hormis le football, le karaté est un sport qui fonctionne bien là-bas et évidemment le basket-ball. Amara Sy est LA référence du basket malien (Villeurbanne, AEK Athènes, Murcie et aujourd’hui Monaco, NDLR). Les résultats des filles en championnat d’Afrique (U18) ont amené un engouement certain pour cette équipe au pays. Je suis international malien (15 sélections) et la sélection malienne a fini 7e aux derniers championnats d’Afrique. »

Le tourisme

« Bamako, la capitale, est une ville très cosmopolite et qui permet de voir tout ce qu’offre le Mali. Pour visiter des lieux plus atypiques, le pays de Dogon est un lieu unique en son genre, qui a d’ailleurs reçu la visite de l’émission de France 2, « Rendez-vous en terre inconnue » (avec Édouard Baer, NDLR). Cette région regorge de Maliens qui sont restés vivre à l’état sauvage, dans l’ancien temps, et qui peuvent vous inculquer les valeurs fondamentales de la vie. C’est tout simplement incroyable. La vie dure, eux, ils la connaissent. »

Bamako

Le climat social

« L’inquiétude est présente depuis le conflit qui a éclaté en 2012. Il y a plus de problèmes dans certaines zones du pays (au Nord) que dans celle de mon enfance. Les Maliens vivent comme si de rien n’était tout en étant attentifs à l’évolution des problèmes. Le pays est plus fragile même si il y a une certaine stabilité depuis l’intervention française. Il y a moins de conflit politique et mais l’instabilité demeure, je ne peux le cacher. J’espère que tout se résoudra un jour. »

Zoom

Population : 16 174 580 habitants (2011)

Densité : 11,7 hab/km2

Capitale : Bamako

Superficie : 1 240 192 km2

 



Articles similaires

Les Canonniers repartent à l’abordage

Après une année 2017 compliquée où le maintien ne s’est profilé qu’en toute fin de saison,...

En savoir plus

Mathis Keita, la voie du Nord

Joueur du BCM Gravelines-Dunkerque en Pro A après deux saisons à Evreux à l’échelon...

En savoir plus

Handibasket : Saint-Avold n’a pas démérité

Après la déculottée face à Hyères (77-35) en 1re journée de championnat le 8 octobre dernier,...

En savoir plus