Athlétisme

Pauline Lett, enfin l’envol ?

finale elite1
Grand espoir de l’athlétisme lorrain, plusieurs fois médaillée au championnat de France espoirs en heptathlon, Pauline Lett a récemment réussi l’exploit de briller aux Jeux de la Francophonie, avec une belle médaille d’argent au 100 mètres haies, quelques jours après avoir décroché son premier titre de championne de France Élite. Retour sur deux événements marquants de l’été de la Sarregueminoise.

15-16 juillet : championnat de France Élite à Marseille

podium haies (4)« Je me suis alignée sur 100 mètres haies, ma discipline favorite, et sur le saut en longueur pour le championnat de France, explique Pauline Lett. La longueur, c’était vraiment un bonus car j’avais surtout vocation à réussir un bon concours de haies. » Avec une médaille de bronze obtenue en longueur, Pauline Lett débute le concours de haies non sans plaisir. « J’avais surtout envie de me faire plaisir sans me mettre une pression d’enfer sur mon résultat final. J’avais un peu mal à l’orteil avant le début de la course mais je suis habituée à ce que la douleur fasse partie du jeu. Je savais que cela n’allait pas me gêner plus que ça. » Pendant les séries, la hurdleuse égale son record personnel – 13’25 – et fait le meilleur temps des championnats de France. Son entraîneur, l’ancien décathlonien Julien Choffart, est plus stressé que sa sportive. « Elle égale son record, se souvient son coach. Mais ça a une autre saveur. Le faire à Mulhouse sans opposition dans des conditions parfaites, c’est quelque chose. Mais à Marseille, aux championnats de France élite, c’est beaucoup plus fort. » L’heure de la finale.« Lors de la finale, j’effectue un mauvais départ, comme d’habitude je dirais car c’est mon gros point faible. J’ai ensuite rattrapé rapidement mon retard et je me suis rendu compte de ma victoire quand j’ai vu mon nom s’afficher sur le tableau. On ne se rend pas vraiment compte sur le moment. » Championne de France avec 13’37 avec vent de face, Pauline Lett obtient le meilleur résultat de sa carrière. « Pauline a changé de dimension à Marseille, note son coach, Julien Choffart. D’habitude, elle est toujours passée à côté de ce type d’événement. Pas là. Dans la tête, ces championnats ont été le point d’orgue de sa saison. » Une finale maîtrisée de bout en bout. « En finale, Pauline m’a épaté avec une course exceptionnelle où elle se retrouve encore au coude-à-coude après la dixième haie. » Une compétition qui ouvre de nouvelles perspectives pour son entraîneur : « Elle a 25 ans et arrive dans la période de maturité pour une hurdleuse. Rien n’est sûr même si gratter deux ou trois dixièmes semble quelque chose de possible dans les prochaines années… Et à 13’00, ça devient très sérieux. »

25 juillet : Jeux de la Francophonie à Abidjan (Côte d’Ivoire)

profil medaille longueur (1)« Les Jeux de la Francophonie, c’est comme des mini-mondiaux, explique la Sarregueminoise. J’étais sur un bon pic de forme et j’avais l’ambition de faire un podium, deux semaines après ma victoire en championnat de France. » Organisés en Côte d’Ivoire dans des conditions parfois… ubuesques (piste non tracée à l’arrivée des athlètes, GIGN pour encadrer les Français, pas d’eau chaude…), les VIIIe Jeux de la Francophonie avaient tout d’un grand test pour Pauline Lett, elle qui n’a jamais encore eu la possibilité de participer à de grandes compétitions mondiales. « Les conditions climatiques étaient compliquées, avec 28° degrés de moyenne et beaucoup d’humidité. Je découvrais un environnement inconnu. Il a fallu rapidement prendre ses marques. » Levée à 5h30 pour être prête pour sa série prévue à 9h30, dans un stade Félix-Houphouët-Boigny vide, Pauline Lett reste concentrée pour passer les séries sans encombre. « La finale se déroulait le lendemain et j’ai encore une fois de plus fait un départ très moyen mais je remonte bien pour finir en même temps que ma concurrente burkinabé, Marthe Koala. On fait 13′33 toutes les deux. Après de longues minutes à regarder la photo-finish, les officiels ont déclaré Koala vainqueur. C’est dur à encaisser. Ne pas avoir la Marseillaise pour un millimètre, ce n’est pas évident. » Argentée sur le 100 mètres haies, Pauline Lett terminera 4e du concours de longueur avant de terminer à la 5e place du relais 4×100 mètres. « Après le relais, j’ai pleuré chez le kiné, frustrée de ne pas avoir pu remporter l’or. Mais j’ai envie d’y retourner pour faire mieux. » D’ici là, l’objectif de Pauline sera de se qualifier pour les championnats d’Europe, sur le 100 mètres haies, qui auront lieu à Berlin du 7 au 12 août 2018. Petit à petit, Pauline veut faire son nid…

Instagram : paulinelett
Son palmarès en bref
7 fois médaillée aux championnats de France Espoirs (heptathlon)
Médaillée de bronze en championnat de France Élite (saut en longueur)
3 titres de championne de France universitaire (100m haies et longueur)
Vice-championne de France Indoor Nationale 2 (saut en longueur)
Championne de France Nationale 2 Indoor (100 m haies)
Championne de France Élite (100m haies)
Médaillée de Bronze en championnat de France Élite (saut en longueur)
Médaillée d’argent aux Jeux de la Francophonie (100m haies)