Minkue-Meye, l’étoile du sprint

Date : 19 juillet 2016 - Auteur : Moselle Sport - Photo : DR

Vice-championne de France espoir du 60 mètres, Ombretta Minkue-Meye est pourtant arrivée par hasard sur les pistes d’athlétisme. Après avoir longuement traîné sa puissance au handball, la Mosellane née au Gabon fait aujourd’hui trembler les chronomètres. Ce virage a un tout d’une bonne idée. Portrait.

7 secondes et 51 centièmes. C’est le temps qu’il a fallu à Ombretta Minkue-Meye pour devenir vice-championne de France espoir du 60 mètres à Rennes en février dernier. Un exploit pour celle qui découvre presque l’athlétisme. « J’ai découvert l’athlétisme un peu par hasard, explique la sprinteuse de 19 ans. Je jouais au handball à Yutz depuis plusieurs années et un jour, on m’a proposé de participer aux championnats de France UNSS avec mon établissement, le lycée Robert-Schuman. J’ai participé aux épreuves de sprint, de lancer de poids et de saut en longueur. J’ai beaucoup apprécié l’ambiance qu’il pouvait y avoir dans ce sport et cela m’a plu. » C’est pourtant le handball qui a tout son attention à cette période. Joueuse Yutz Handball, sélectionnée en équipe de France cadettes et U18, l’ailière gauche doit pourtant faire un choix. « J’ai connu quelques soucis avec Yutz suite à une blessure et le projet initial présenté par le club n’était pas respecté. Je ne me voyais plus continuer de la sorte et j’ai préféré m’orienter vers l’athlétisme où je me reconnais plus. » Ombretta Minkue-Meye rejoint le club messin d’A2M sous la coupe d’Étienne Villeval qui est en charge de l’athlète. En septembre 2014, l’aventure du sprint commence pour la Hettangeoise, née à Libreville, au Gabon. « Je n’ai pas éprouvé de manque après avoir arrêté le hand, sourit Ombretta. J’ai décidé de couper complètement avec ce sport, je ne vais même plus voir de match de Yutz. »

Les Jeux olympiques 2020 pour cible

Aujourd’hui membre d’Athlétisme Metz Métropoke, Ombretta Minkue-Meye n’a pas perdu de temps pour faire tomber les chronos. L’une des plus jeunes participantes des championnats de France espoirs de Rennes en février dernier, Ombretta visait « juste la finale » au moment de débuter la compétition du 60 mètres. « J’avançais étape par étape en fait. Je visais la finale pour m’assurer une place en équipe de France espoirs. Vu le niveau des filles que j’affrontais, je me disais que la finale serait déjà un beau résultat. J’ai battu mon record aux séries puis je suis arrivée 2e en demi-finale en battant encore mon record personnel. J’avais une petite douleur au psoas-iliaque pour la finale où je me disais que tout pouvait arriver. J’ai sûrement réussi les trois meilleures courses de ma vie de sprinteuse. En finale, je suis derrière et comme d’habitude, je remonte. Quand je vois que je suis dans le trio de tête, je me relâche inconsciemment car je me rends compte que je suis sur le podium. Ça m’a coûté sans doute la victoire. » C’est Solenn Compper qui s’empare du titre avec 1 centième d’avance. Mais Ombretta s’offre la championne de France espoirs en titre, Anne Maquet. Un résultat qui devrait en amener beaucoup d’autres. Participante malheureuse – car blessée avant le début de la compétition – des championnats d’Europe Juniors 2015 d’Eskilstuna (Suède), Ombretta Minkue-Meye se délecte d’avance des échéances internationales. « L’ambiance en équipe de France est géniale. Il y a une vraie solidarité entre tous les athlètes toutes disciplines confondues. J’ai hâte de regoûter à cela. » Avec les Jeux olympiques de 2020 dans le viseur.



Articles similaires

Courses du Marathon Metz Mirabelle 2018 : 6 671 coureurs au départ !

Dimanche 14 octobre, 6 671 coureurs se sont appropriés la ville de Metz dans le cadre des courses...

En savoir plus

Jeanne Lehair : Le sport, la société et les femmes

Membre de Metz Triathlon, Jeanne Lehair est déjà championne du monde et d’Europe en relais...

En savoir plus

Pauline Lett, enfin l’envol ?

Grand espoir de l’athlétisme lorrain, plusieurs fois médaillée au championnat de France...

En savoir plus