Katya Andryushina, l’ombre et la lumière

Date : 9 avril 2020 - Auteur : Moselle Sport - Photo : Moselle Sport, Metz Handball

Dans l’ombre d’Emmanuel Mayonnade en tant qu’adjointe à Metz Handball et avec la sélection féminine des Pays-Bas, Katya Andryushina continue son apprentissage du métier de coach, sans impatience et surtout avec le bonheur de remporter des titres majeurs. Avec le récent titre surprise de champion du monde en point d’orgue. Rencontre.

 

Elle n’aime pas trop parler et préfère laisser cela aux autres. Le jeu des interviews, des entretiens, les mises en lumière, Katya Andryushina s’y plie plus par gentillesse que par la volonté de faire parler d’elle. « Moins on parle de moi, mieux c’est », sourit-elle presque gênée d’être là. « Je n’ai jamais été une grande bavarde avec les médias, se justifie-t-elle. Ce n’est pas un rôle qui me convient. Mais je sais aussi jouer le jeu. » Un jeu qu’elle transforme en partition dès qu’elle s’approche de Manu Mayonnade, le coach de Metz Handball, qui n’a pas hésité à emmener la Russe de 34 ans dans ses bagages lorsqu’il a accepté d’être sélectionneur des Pays-Bas en février 2019. « Ma première mission de coach adjoint a été lors de ma dernière année de joueuse professionnelle en 2014-2015, clarifie Ekaterina, de son prénom complet. Je cumulais les deux rôles et j’apprenais au fur et à mesure le travail que cela comprenait. Il a fallu changer certaines choses dans mon caractère (rires). » Parmi elles, la patience. « Il faut maintenant que je réfléchisse plus avant de parler, je dois être sûre que ce que je vais dire est fait de la meilleure des manières. Il ne s’agit pas de braquer une joueuse ou que le message ne passe pas. » Son expérience de joueuse est un atout essentiel, elle qui a gagné la Ligue des Champions en 2008 avec le club russe de Zvezda Zvenigorod, deux titres de champion du monde avec la Russie en 2007 et 2009 et une médaille d’argent aux Jeux olympiques de Pékin en 2008. « Je sais forcément plus facilement comment gérer les moments chauds, les caractères des filles et je tente d’apporter mon plus dans la causerie. »

 

« Les JO ? on va repartir de zéro »

Ancienne arrière droite de talent, elle rejoint Metz en tant que joueuse en 2011 après avoir tout gagné en Russie. Avec les Dragonnes, elle remporte deux titres de champion de France, une coupe de France et une coupe de la Ligue. Un palmarès qui a gonflé en restant dans l’encadrement technique : quatre titres de champion de France, trois coupes de France et une demi-finale de Ligue des Champions. Sans oublier ce titre incroyable de champion du monde avec la sélection des Pays-Bas, en décembre dernier. « Ce fut tout simplement dingue, sourit-elle. On savait que cette compétition allait être difficile et tout s’est emballé très vite. Le message est bien passé auprès des filles, qui n’ont rien lâché à chaque match et nous avons réussi cet exploit. C’est la résultante de beaucoup de travail. » En battant la Russie en demi-finale et l’Espagne en finale, les Pays-Bas se sont ainsi qualifiés pour les JO de Tokyo 2020. « Nous allons être attendus, c’est sûr ! Il faut repartir de zéro avec une ambition à la hauteur de notre travail. Ça va être une compétition différente et de nombreuses nations voudront prendre cette médaille d’or. » Un emploi du temps chargé d’ici au mois d’août, date des prochains JO, pour la maman du petit Sacha, qui aura 3 ans en mars. « Ce n’est pas toujours évident de concilier les deux et de passer beaucoup de temps en famille. Avec un papa dans le sport (Bertrand Barbier, le préparateur physique du FC Metz, NDLR), mon fils s’habitue au rythme que l’on a. Il y a forcément des sacrifices à faire. Il faut faire de la place à tout le monde. » Un rythme qui n’est pas prêt de s’arrêter ? « Arrêter ? J’y pense tout le temps après une défaite (rires). Je ne me vois pas tout de suite prendre une équipe en tant que coach principal. J’ai encore le temps d’apprendre plein de choses. » Et le temps de remporter encore plein de titres…

 

*Cet article a été publié avant la période de confinement.


Articles similaires

Flow Hostel, l’auberge nouvelle génération de Manon Houette

Dans un coin de sa tête depuis de nombreuses années, Manon Houette a ouvert son auberge de...

En savoir plus

Dans la télé d’Astride N’Gouan (Metz Handball)

Alors que la pivot de Metz Handball participe, avec l'équipe de France, aux Mondiaux de handball...

En savoir plus

Metz invincible

Décidément intraitables depuis le début de saison, les Dragonnes ont balayé Chambray (30-23)...

En savoir plus