FC Metz

Vous êtes sérieux ?

l1-fc-lorient-metz_3391050
Humilié à Lorient (1-5) après avoir cru quelques secondes pouvoir battre le PSG plus tôt dans la semaine (2-3), le FC Metz a engrangé son cinquième match sans victoire et voit revenir tous les candidats au maintien. Quand les Merlus ont marqué 12 points sur 15 possibles lors des cinq dernières journées, Metz n’en a pris qu’un. Metz est-il en train de couler ?

« On a 36 points aujourd’hui, si on n’arrive pas à prendre 4 points en 4 matches, on ne mérite pas de rester en Ligue 1. » Philippe Hinschberger vise donc 4 points d’ici la fin de saison. 4 points à glaner face à Nancy, Toulouse, à Guingamp ou Lille. 4 misérables points sur les 4 derniers matchs… Soit le même total que lors des… 6 derniers matchs. « Ça fait un mois qu’on attend notre victoire, elle nous a tendu les bras contre Caen la semaine dernière, on n’a pas pu la prendre (2-2), elle nous a tendu les bras contre le PSG (2-3), ça se joue à un centimètre près. Il faut qu’on soit plus en configuration « on joue le maintien », qu’on arrête de regarder jouer l’adversaire. Ce qu’on ressent ? Les boules. » Et nous, le plus profond désarroi.

Reposer les cadres contre Paris… et finalement prendre une rouste à Lorient

Philippe Hinschberger avait pris la décision de laisser bon nombre de ses cadres (Diabaté, Jouffre, Sarr, Didillon…) au repos face à Paris en milieu de semaine. Les rentrées conjuguées de Jouffre, Diabaté et Sarr en fin de match face au PSG avaient permis de revenir à 2-2 et d’être à quelques centimètres de la victoire. Jouffre a égalisé et a tiré sur la barre alors que Sarr a délivré la passe décisive pour Diabaté… La question de les laisser de côté mardi pour ce match se pose donc aujourd’hui. Et pour quoi finalement ? En prendre 5 à Lorient, concurrent au maintien et 20e il y a seulement quelques journées. Cinq pions à Lorient, trois contre Paris, Bordeaux et Lyon, deux contre Caen… soit 16 buts encaissés en 5 matchs !

Dans 5 jours, c’est le derby de la peur

Pas encore maintenu, le FC Metz affronte son ennemi nancéien samedi soir dans un match primordial pour sa survie en Ligue 1. Humiliés à l’aller (0-4), les Messins se devront de l’emporter pour effacer la honte de l’aller, pour prendre le large avec les concurrents directs et aussi pour définitivement éloigner l’ASNL. Les supporters de Nancy sont déjà chauds : « Il va falloir tout donner à Metz et gagner. C’est important pour montrer que les couleurs rouges et blanches dominent sur la Lorraine », affirme le « capo », chef des Ultras. Les joueurs aussi. Deux rencontres sans but encaissé, une organisation maîtrisée et une concentration de tous les instants. « Des exemples à suivre pour les deux derniers rendez-vous sur le synthétique face à des gros morceaux encore (Monaco, Saint-Etienne), note Alou Diarra. Il faudra s’en servir aussi pour être costaud à Metz puis à Dijon. On sait comment faire pour ramener des points, ça doit renforcer notre motivation et notre confiance. »

Qui changer ?

Franck Signorino a vécu un véritable cauchemar à Lorient. Dépassé par un Jimmy Cabot en feu, l’ancien Rémois a éprouvé les pires difficultés pour défendre à l’endroit. Impliqué sur deux buts lorientais, le joueur de 35 ans a montré ses limites… La titularisation d’Eiji Kawashima avait ravi plus d’un supporter mardi dernier face au PSG. Le retour de Thomas Didillon fut un fiasco, et les absences de Falette pendant le match n’ont aidé personne. Qui mettre contre Nancy ? Qui écarter après la déroute lorientaise ? Philippe Hinschberger n’aura pas le droit à l’erreur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 2 = cinq