Série (2/6) : Les aventures d’un soir du FC Metz

Date : 11 juillet 2018 - Auteur : Moselle Sport - Photo : DR

Tout l’été, la rédaction de Moselle Sport vous propose de revenir sur les expériences sans suite du FC Metz avec ses recrues. Des joueurs amenant avec eux de nombreux espoirs en Moselle et qui sont repartis comme ils sont venus : anonymement. Deuxième étape avec l’intermittent du spectacle norvégien : Alexander Ødegaard.

Alexander Ødegaard, naufrage au large de la Norvège

Dans la famille « Rendez-vous en terre inconnue » de foot, après l’Ukraine de Skatchenko, l’Australie d’Arambasic et la Lettonie d’Ikaunieks, je demande la Norvège. Parti chercher un attaquant norvégien moyen, le FC Metz aurait pu se douter, même en Ligue 2, qu’un joueur de 30 ans venant d’un championnat paumé, international 7 ans plus tôt qui plus est, avait de grandes chances de se perdre en France. CQFD.

 

Il a 24 ans quand Age Hareide le sélectionne pour la première fois avec l’équipe nationale de Norvège. Nous sommes en 2004 et le joueur de Sogndal découvre le maillot du pays des fjords avec appétit. Mais si l’actuel sélectionneur du Danemark, récent huitième de finaliste de la Coupe du Monde 2018, lui a offert ses quatre uniques sélections (1 but) en 2004 lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2006, il n’a pas persévéré par la suite. Nous, on sait pourquoi. Pourtant, ses nouveaux jalons internationaux avaient permis au natif de Førde de signer dans le club phare du pays, Rosenborg BK, puis à Viking, qui n’a rien à voir avec la série canadienne éponyme. C’est à ce moment-là que le FC Metz décide d’aller  chercher Alexander Ødegaard dans le sud-ouest de la Norvège, à Stavanger, pour le faire signer en janvier 2011, alors que le club grenat est 9e de Ligue 2. « Nous avons une équipe assez jeune et le vécu d’Alexander sera forcément un atout pour nous dans ces matches-clefs, expliquait Dominique Bijotat au moment de sa signature le 24 janvier 2011. De plus, on connaît les caractéristiques des joueurs norvégiens : ils ne lâchent rien et se battent jusqu’au bout. » « Un nouvel argument offensif » selon le site Internet grenat, mais idée saugrenue surtout quand on regarde le pedigree du joueur : 30 ans, international 7 ans auparavant, venant d’un championnat hyper super méga mineur (la fameuse Tippeligaen que personne ne connaît, pas même les fans de Football Manager) et dans un pays qui ne fait parler de lui que par ses séries qui cartonnent partout dans le monde. « Mon rêve a toujours été de tenter ma chance à l’étranger, racontait l’intéressé dans un anglais fluide. Quand Metz m’a contacté et m’a exposé ses ambitions et son projet, celui de bâtir une équipe pour tenter de remonter en Ligue 1 lors des prochaines saisons, cela m’a plu. » Nous moins.

 

Alexander « Où déjà ? »

 

« Alexander est un droitier évoluant dans le couloir gauche, qui peut occuper un poste au milieu de terrain ou en attaque, précisait Bijotat. Avec la signature d’Alexander, nous devrions progresser dans ce domaine. Ce n’est pas seulement un buteur, c’est aussi celui qui va alimenter les buteurs ! » Patatras. La seule chose qu’il alimente lors de cette deuxième partie de saison, c’est le banc des remplaçants et l’infirmerie. Résultat : 6 matchs et une but lors de la 38e journée. La deuxième saison ne sera pas mieux pour le Norvégien : 8 matchs et 0 but. Un bon goût de fårikål (spécialité norvégienne à base de mouton au chou) pour les supporters, et la rupture du contrat en fin de saison 2012. Cela lui permettra de finir sa carrière en……. 3e division norvégienne, dans sa ville natale de Førde.

 



Articles similaires

Arnaque, crime & trafic : match à l’ombre

Des petites aux grosses galères, il n'y a parfois qu'un pas bien étroit... Les footballeurs...

En savoir plus

Centre de formation : Perrin, Proment, Atta… les nouvelles têtes

Cette semaine, le FC Metz présentait le nouvel organigramme de son centre de formation, avec, en...

En savoir plus

Série (5/6) : Les aventures d’un soir du FC Metz

Tout l’été, la rédaction de Moselle Sport vous propose de revenir sur les expériences sans...

En savoir plus