Que devient Mariano Bombarda ?

Date : 13 septembre 2012 - Auteur : Moselle Sport - Photo : DR

Parmi les attaquants qui ont laissé peu de souvenirs aux supporters du FC Metz, il y a Mariano Bombarda. Membre du club de juillet à décembre 1996, l’ancien avant-centre espagnol n’a jamais réussi à s’adapter au championnat français. Que devient-il ?

Né en 1972 dans la belle région andalouse, à Cadix, Mariano Bombarda a pourtant effectué l’essentiel de sa jeunesse en Argentine, pays d’origine de son père. Formé à Huracàn (Arg), c’est pourtant en Hollande que l’ancien avant-centre lance sa carrière, à Groningue, modeste club du nord des Pays-Bas. Bombarda est vite surnommé « La Bomba » (en référence au brillant skieur Alberto Tomba, vedette des années quatre-vingt-dix) par les supporters du FC Groningen tant les buts s’enchaînent pour le numéro 9 hipano-argentin. En deux ans passés là-bas, l’attaquant de 22 ans marque 32 buts en 66 matches, soit un ratio impressionnant de 2 buts par matches en moyenne. Il n’en faudra pas plus pour que le FC Metz craque pour le puissant (1,87m – 88 kg) avant-centre de Groningue. Malheureusement, la mayonnaise ne prend pas. Arrivé à l’été 1996 après la victoire en Coupe de la Ligue des Grenats, Bombarda n’arrive pas à se faire une place au soleil aux côtés des Pirès, Rodriguez et Amara Traoré, bousculé par les jeunes pousses Djima Oyawolé et Zico Tumba. Pourtant, l’aventure messine avait bien commencé pour Mariano Bombarda, buteur décisif lors de la troisième journée, au Vélodrome, pour une victoire à Marseille en championnat (2-1). Le bilan comptable n’est pas fameux : 11 matches joués en six mois, 5 titularisations et seulement un but. Un constat sans appel qui pousse Bombarda à tenter de retrouver son instinct de buteur dans le championnat batave, à Groningue. Mais la réussite de ses débuts le fuit, marquant que 13 buts en 43 rencontres, sur un an et demi dans son club de cœur.

Aujourd’hui responsable des jeunes à Willem II

Son départ à Willem II à l’été 1998 entraîne la renaissance du géant espagnol (51 buts en 108 matches). Son ratio match/but retrouvé, il rejoint la glorieuse formation du Feyenoord Rotterdam en 2002, tout récent vainqueur de la Coupe de l’UEFA face au Borussia Dortmund (3-2). Appelé à remplacer le Danois John-Dahl Tomasson parti au Milan AC, Mariano Bombarda doit faire face à une rude concurrence : la vedette du club, l’international Pierre Van Hooijdonk et un jeune joueur de 19 ans, un certain Robin Van Persie… En deux ans, Bombarda ne joue que par intermittence, 20 matches de championnat en tout et pour tout de 2002 à 2004… pour seulement 4 buts marqués. Il quitte les Pays-Bas pour son pays de naissance, l’Espagne, et le CD Tenerife. À 32 ans, l’instinct de buteur s’est quelque peu éteint et Mariano Bombarda arrête sa carrière en 2004, après dix ans dans le monde professionnel. Après avoir effectué une formation d’entraîneur, il est retourné dans son pays d’adoption, les Pays-Bas, à Willem II, où il s’occupe aujourd’hui des équipes de jeunes du club hollandais.



Articles similaires

Metz vice-champion de France, il y a 20 ans

Nostalgiques des débuts de Grégory Proment, des centres de Philippe Gaillot, des interventions...

En savoir plus

Metz 98, au bon souvenir des anciennes gloires

Nostalgiques des prises de balle de Lionel Letizi, des déboulés de Vladan Lukic, des passes...

En savoir plus

Le numéro spécial « FC Metz 1998 » sort en décembre

Nostalgiques des buts de Bruno Rodriguez, des interventions musclées de Rigobert Song, des...

En savoir plus