Metz 98, au bon souvenir des anciennes gloires

Date : 3 décembre 2018 - Auteur : Moselle Sport - Photo : DR

Nostalgiques des prises de balle de Lionel Letizi, des déboulés de Vladan Lukic, des passes millimétrées de Frédéric Meyrieu ou des tacles de Pascal Pierre, nous avons quelque chose pour vous. A l’occasion de l’anniversaire des 20 ans du titre de vice-champion de France du FC Metz, Moselle Sport vous propose un numéro spécial sur la saison 1997/1998. Nous avons rencontré l’ensemble des acteurs qui ont obtenu cette deuxième place derrière le RC Lens. De Pirès à Blanchard, en passant par Kastendeuch, Histilloles, Boffin, Gaillot, Proment, Lukic ou Muller, retour sur une saison historique pour le club. Entre anecdotes et confessions, vous saurez également ce que sont devenus chaque joueur. Magazine en prévente jusqu’au 6 décembre, et en kiosque à partir du 15 décembre, dans la limite du stock disponible.

 

« J’avais vite, à l’époque, reconnu que les Lensois méritaient leur titre. Nous avons néanmoins vécu une communion exceptionnelle avec le public à l’Hôtel de Ville de Metz après le match de la 38ejournée. Mais tout ça a été finalement très éphémère, on est vite redescendu sur Terre avec les difficultés vécues dès la saison suivante. Ce n’était ni inéluctable, ni prévu. Mais la grosse claque que l’on a prise face à Helsinki en tour préliminaire de Ligue des Champions fut très compliquée à digérer. » Sylvain Kastendeuch, le mythique capitaine du FC Metz, a salué la performance lensoise, restant l’un des rares joueurs de l’époque à avoir reconnu le mérite des Sang et Or…

 

« Forcément, après cette seconde place historique pour le club, nombre d’entre nous avons été sollicités par des clubs huppés de la scène française et européenne. Personnellement, on m’a regardé différemment après, j’avais beaucoup de sollicitations, de clubs très impressionnants. Le club n’a pas voulu que je parte après avoir vendu « Dumbo » (Robert Pirès, NDLR) à Marseille, Joss (Blanchard, NDLR) à la Juventus Turin ou encore « Rigo » (Song, NDLR) en Italie. » Bruno Rodriguez, meilleur buteur cette saison 1997-1998 du FC Metz, a eu beaucoup de propositions l’été suivant. Mais face à la vague de départs, le Corse a poursuivi son chemin avec Metz. Pour quelques mois seulement…

 

« La Coupe de l’UEFA, on aurait pu aller plus loin. Après avoir éliminé Mouscron, nous avons été éliminés par le club allemand de Karlsruhe. Je me souviens avoir pris trois coup-francs sur les quatre buts que j’ai encaissés. C’est le spécialiste Thomas Hässler d’ailleurs qui me les a mis (sourire). C’était une belle équipe mais on avait les moyens de faire mieux. » L’ancien portier grenat, Lionel Letizi, avait réalisé, cette année-là, la meilleure saison de sa carrière, selon ses propos. Il avait poursuivi encore deux ans avec Metz avant de tenter sa chance au PSG.

La suite de ces témoignages à suivre dans le magazine, en pré-vente jusqu’au 6 décembre.

 

> [Prévente terminée] Commander en prévente le magazine spécial FC Metz 98 (2€)



Articles similaires

Metz vice-champion de France, il y a 20 ans

Nostalgiques des débuts de Grégory Proment, des centres de Philippe Gaillot, des interventions...

En savoir plus

Le numéro spécial « FC Metz 1998 » sort en décembre

Nostalgiques des buts de Bruno Rodriguez, des interventions musclées de Rigobert Song, des...

En savoir plus

Arnaque, crime & trafic : match à l’ombre

Des petites aux grosses galères, il n'y a parfois qu'un pas bien étroit... Les footballeurs...

En savoir plus